Le saut quantique

Cet article utilise les expériences de la CIA dans le dossier déclassifié depuis dix-sept ans appelé “Gateway process” ou en français “processus de la passerelle”. Cet article a uniquement pour but de faire connaître ces expériences et ce qu’on appelle le saut quantique, cela appartient cependant au domaine de la physique quantique et donc ne peut être prouvé par la physique classique que nous connaissons. La lecture nécessitera donc de garder une certaine ouverture à ces concepts abstraits.

Ce document de la CIA suggère que nous vivons dans une simulation, que nous sommes des êtres faits d’énergie et d’électricité et que nous vivons dans une sphère dont l’univers est holographique. Le document qui sert de base pour cet article a été rédigé par Wayne M. Mcdonnell de l’US Army Intelligence écrit en juin 1983 et qui est apparu en totalité sur le site Web de la CIA après avoir été classé top-secret pendant 20 ans. Cependant depuis peu le saut quantique ou “shift” en anglais connaît un intérêt grandissant et l’article n’est curieusement plus disponible sur le site de la CIA.

The gateway, c’est un système d’entraînement conçu par la CIA. Ce projet à pour but d’améliorer la concentration, la cohérence de l’amplitude et de la fréquence des ondes cérébrales entre les hémisphères gauche et droit.Ces résultats ont montrés que cette cohérence permet de modifier la conscience, en la déplaçant hors de la sphère physique afin d’échapper à la restrictions de temps et d’espace.

Explorer, comprendre, étudier la conscience est quelque chose d’assez récent auprès du grand public. En effet, nous vivons dans une époque où de nouveaux concepts font leur apparition.

Des recherches qui, il y a quelques années encore, étaient complètement décriées, rejetées, voire même ridiculisées. Parmi, ces sujets nous retrouvons les expériences de mort imminentes, la méditation, les sorties hors du corps, la vision à distance. Tous ces sujets ont longuement été rejetés par la science. Toutefois, les organisations militaires et entre autres l’armée américaine étudient ces phénomènes dans la parapsychologie depuis des décennies.

The Gateway, c’est une expérience dirigée par Robert Monroe pour explorer la conscience. L’expérience Gateway repose sur des informations, sur la façon d’interagir avec les parties non physiques de la réalité.

Ce processus crée un état modifié de conscience permettant de se déplacer en dehors de la sphère physique, et d’échapper aux restrictions imposées par le temps et l’espace. Cette expérience a été mise au point par Robert Monroe, le fondateur de l’institut Monroe (TMI). Robert Monroe, n’est pas un mystificateur ou un charlatan, comme certains voudraient le faire croire. Dans les années 1950, il a découvert que certaines combinaisons de sons augmentent la capacité d’attention. Tandis que d’autres provoquent le sommeil, d’autres encore des états modifiés de conscience.

Robert Monroe est un véritable leader scientifique, avec la collaboration de chercheurs de différentes disciplines, Robert A. Monroe s’est méthodiquement appliqué à reproduire et étudier ces phénomènes en créant un centre de recherche.

Le début de ce document met en avant la complexité de comprendre pleinement les phénomènes liés à la conscience.

Dans l’extrait du document de la CIA ci-dessous, le terme « expérience de la passerelle » désigne l’expérience permettant de se détacher du temps et de l’espace.

« Vous m’avez chargé de fournir une évaluation de l’expérience de la passerelle et d’établir  une compréhension d’un point de vue mécanique de cet état de conscience. Alors que je m’efforçais d’accomplir cette tâche. Il est devenu clair que pour évaluer la validité et le caractère pratique du processus, j’avais besoin de recherches et d’analyses pour comprendre pleinement comment et pourquoi le processus fonctionne, cela s’est avéré extrêmement complexe et difficile »

La difficulté d’expliquer ce phénomène est quelque chose que l’on peut facilement concevoir. Car en 2020 la conscience et les états modifiés de conscience sont toujours un mystère.

« J’ai eu recours au biomédical, et aux modèles développés par Itzhak Bentov. J’ai trouvé qu’il était également nécessaire de fouiller dans diverses sources sur la mécanique quantique afin de pouvoir décrire la nature et le fonctionnement de la conscience humaine. »

Selon le modèle d’ingénierie biomédicale d’Itshak Bentov, l’hypnose est fondamentalement une technique qui permet l’acquisition d’un accès direct au cortex sensoriel moteur et aux parties cérébrales inférieures (émotionnelles) situées le côté droit du cerveau humain après un désengagement réussi de la fonction de dépistage des stimuli de l’hémisphère gauche du cerveau. L’hémisphère gauche du cerveau est le raisonnement auto-cognitif, verbal et linéaire composante de l’esprit. Il remplit la fonction de filtrage des signaux entrants, en évaluant et attribuant un sens avant d’autoriser le passage à l’hémisphère droit du cerveau.

Par conséquent, l’hémisphère droit semble accepter ce que l’hémisphère gauche lui transmet sans se poser de question. Or dans un état d’hypnose, les suggestions hypnotiques semblent pouvoir passer sans contestations dans l’hémisphère droit.

Par exemple, concernant le biofeedback, un sujet peut augmenter la circulation dans sa jambe gauche afin d’accélérer la guérison. Tout en surveillant attentivement avec un thermomètre numérique connecté à cette même jambe. Lorsque l’effort concentré commence à réussir, le thermomètre numérique enregistre une augmentation de la température de la jambe.

À ce stade, le sujet peut mentalement (cerveau gauche) associer les sensations ressenties aux résultats obtenus. De cette façon, la douleur peut-être bloquée, la guérison peut-être renforcée, des tumeurs malignes peuvent apparemment être supprimées et finalement détruites.

La nature de l’esprit humain.

Il semble important de définir le mécanisme par lequel l’esprit humain exerce la fonction de conscience.

Le premier point à souligner, est que les termes matière et énergie sont trompeurs. En effet, la plupart des personnes ont tendance à considérer ces deux termes séparément.

Ainsi, la matière est généralement considérée comme une substance solide. Par opposition à l’énergie qui fait penser à une force quelconque.

Or, la science sait maintenant que la matière solide n’existe tout simplement pas. En effet, la structure atomique est composée de réseaux d’énergie oscillants entourés d’autres réseaux d’énergies oscillants qui orbitent à des vitesses extraordinairement élevées.

Cependant, l’énergie pour être en mouvement, doit d’abord être limitée d’une certaine manière, dans une sorte de modèle vibratoire.   Ainsi, ce modèle de base peut servir de référence à la mesure.

Mais, le problème c’est que l’énergie n’est pas confinée. Elle est une force sans limites, sans dimension, c’est l’infini. Par conséquent, l’énergie est en dehors de la dimension du temps.

L’énergie est également au-delà de l’espace, car ce concept implique qu’une forme d’énergie spécifique est limitée à un emplacement spécifique. (elle se trouve ici, mais pas là)

Mais si l’énergie est dans un état infini, il n’y a pas de frontières. Il n’y a pas de « ici » pour la différencier du «là».

L’énergie à l’infini signifie l’énergie uniformément étendue sans limites. Il n’a ni début, ni fin, ni lieu.

Entre cette énergie absolue et l’univers «matériel» dans lequel nous expérimentons notre existence physique se trouvent diverses dimensions intermédiaires auxquelles la conscience humaine dans des états altérés de conscience peut avoir accès en transcendant les limites de l’espace et du temps.

Le processus de « la passerelle » était une leçon de méditation qui a appris aux humains à exploiter leurs propres ondes d’énergie électromagnétique qui proviennent de leur corps.

Ce projet a également appris à manipuler les ondes cérébrales pour se détacher du temps et de l’espace.

Ainsi il serait donc possible d’accéder à des réalités alternatives uniquement avec sa conscience.

L’univers est un hologramme.

Le document The gateway de la CIA, met clairement en avant l’hypothèse que l’univers est un univers holographique.

«L’énergie créée, stocke et récupère du sens dans l’univers en projetant ou en se développant à certaines fréquences dans un mode tridimensionnel qui crée un modèle vivant appelé hologramme.»

Certes cette idée d’univers holographique inspiré par Karl Pribam, reprise par David Bohm ou plus récemment par Nassim Harameim est toujours d’actualité

À ce jour, le principe holographique fait partie des meilleures théories pour expliquer l’univers dans son intégralité.

Depuis peu, ce qu’on appelle le saut quantique, dont le phénomène est expliqué est dessus, gagne en popularité et de nombreuses méthodes pour y arriver ont vu le jour. Toutes ont pour but de laisser son corps s’endormir tout en gardant sa conscience éveillée. Cet état de demi-endormissement est la clé qui permet l’accès à différentes pratiques telles que le saut quantique, la projection astrale ou encore l’hypnose.